MAINTIEN DES RESSOURCES EN EAU DANS LE BASSIN VERSANT DES BIOTOPES MARECAGEUX D'IMPORTANCE NATIONALE

Résultats de WSL concernant l’influence de l’environnement sur l’évolution observée et prévisible des biotopes marécageux

Le suivi des sites marécageux en Suisse (2007) a montré que la qualité des marais a nettement diminué: les marais sont devenus plus secs, plus pauvres en tourbe et plus riches en éléments nutritifs. Sur la base d’analyses plus approfondies de ces données, des relations entre les conditions écologiques dans l’environnement des marais et les évolutions négatives constatées de la végétation marécageuse ont pu être démontrées.

Cet élément de preuve a constitué à la fois une condition préalable et un point d’accrochage pour la conception d’une approche fiable dans la pratique pour délimiter des périmètres répondant aux fonctions hydrologiques des «zones tampon suffisantes du point de vue écologique» qui doivent être mises en oeuvre autour des biotopes marécageux.

Les résultats mettent en avant que la végétation de marais évolue négativement en ce qui concerne divers aspects (mesurés par le biais de valeurs indicatrices), en particulier:

Pour la conservation des marais, il est par conséquent indispensable que les perturbations hydrologiques dans les bassins versants soient évitées. Dans ce but, les bassins versants hydrologiques et les perturbations qu’ils contiennent (drainages, routes, etc) soient connus.

Instrument de prévision pour caractériser les effets de l‘environnement

Sur la base de modélisations et même en l’absence de données concernant la végétation, l’évolution d’un marais peut être caractérisée selon les effets critiques présents dans son environnement. Cet instrument de prévision peut être utilisé comme aide à la planification pour tous les marais de Suisse.

Sur la base de modèles de régression, l’effet sur les marais de la desserte et celui de la surface forestière ont été estimés.

Selon la modélisation, le régime des eaux de l’ensemble d’un marais est co-déterminé à au moins 5% par l’influence indirecte de la desserte et tout juste à 5% pour ce qui est de la surface forestière. Les conditions de lumière sont quant à elles influencées à 7% par la surface forestière, mais seulement à 1.5% par la desserte. Les illustrations ci-dessous montrent l’influence estimée de la desserte (à gauche) et de la surface forestière (à droite) sur un marais selon une grille de 80 x 80 m. Les valeurs basses du modèle (rouge dans les illustrations) signifie une évolution vers des conditions vraisemblablement plus sèches selon le facteur environnemental considéré.

Lire le rapport

retour